Zahlung
Gemäss Beschreibung
ZustandNeu (gemäss Beschreibung)

MAXENCE FERMINE : NEIGE (JAPON-ALPES)

17. Dez. 2018, 21:52
Kaufpreis5.00
Sofort Kaufen

LieferungBrief A-Post , CHF 1.30
Verkäufer
Zahlung
Gemäss Beschreibung
ZustandNeu (gemäss Beschreibung)

Beschreibung

MAXENCE FERMINE : NEIGE (JAPON-ALPES)

Economisez sur envoi regroupé pour de multiples achats!


MAXENCE FERMINE
NEIGE

Encres et dessins de Georges Lemoine
 
ETAT :   EXCELLENT (COMME NEUF)


      • "C'était une nuit de pleine lune, on y voyait comme en plein jour. Une armée de nuages aussi cotonneux que des flocons vint masquer le ciel. Ils étaient des milliers de guerriers blancs à prendre possession du ciel. C'était l'armée de la neige."

        Au Japon, à la fin de XIXe siècle, le jeune Yuko s'adonne à l'art difficile du haïku. Désireux de perfectionner son art, il traverse les Alpes japonaises pour rencontrer un maître. Les deux hommes vont alors nouer une relation étrange, où flotte l'image obsédante d'une femme disparue dans les neiges.

        Dans une langue concise et blanche, Maxence Fermine cisèle une histoire où la beauté et l'amour ont la fulgurance du haïku.
        On y trouve aussi le portrait d'un Japon raffiné où, entre violence et douceur, la tradition s'affronte aux forces de la vie.

        • EAN13 9782869595231 ISBN 978-2-86959-523-1 Éditeur Arléa Date de publication 17/11/2000
           
          • Neige (Rhône-Alpes)Maxence Fermine - Neige
            L’auteur

            Maxence FermineMaxence Fermine est né à Albertville en 1968. Il passe une partie de son enfance à Grenoble. Puis il s’installe à Paris où il vivra treize ans. Il s’inscrit en faculté de lettres où il parvient à résister presque un an. Par la suite il part en Afrique avec des livres plein les valises, s’éprend du désert, travaille dans un bureau d’études en Tunisie. Il se marie et depuis deux ans vit en Haute-Savoie – dans la neige – avec sa femme et une petite fille, Léa, aujourd’hui ?gée de trois ans.

            Eléments de bibliographie

            • Neige – Arléa, 1999
            Résumé

            A la fin du XIXe siècle, au Japon, le jeune Yuko s’adonne à l’art difficile du haÔku. Afin de parfaire sa maîtrise, il décide de se rendre dans le sud du pays, auprès d’un maître avec lequel il se lie d’emblée, sans qu’on sache lequel des deux apporte le plus à l’autre. Dans cette relation faite de respect, de silences et de signes, l’image obsédante d’une femme disparue dans les neiges réunira les deux hommes. Dans une langue concise et blanche, Maxence Fermine cisèle une histoire où la beauté et l’amour ont la fulgurance du haÔku. On y trouve aussi le portrait d’un Japon raffiné où, entre violence et douceur, la tradition s’affronte aux forces de la vie.

            Extrait
          • Yuko Akita avait deux passions.
            Le haÔku.
            Et la neige.

            Le haÔku est un genre littéraire japonais. Il s’agit d’un court poème composé de trois vers et de dix-sept syllabes. Pas une de plus.

            La neige est un poème. Un poème qui tombe des nuages en flocons blancs et légers. Ce poème vient de la bouche du ciel, de la main de Dieu.

            Il porte un nom. Un nom d’une blancheur éclatante.

            Neige.

            Critiques

             » Un roman comme un poème. Limpide, fragile, épuré comme son titre: Neige. […] Conte de sagesse, rêverie poétique infiniment ciselée, ce premier roman miraculeusement sobre suggère l’amour plus qu’il ne le raconte. Tout est révélé, pourtant, d’un sentiment plus fort que la mort, et qui métamorphose à jamais les vivants qu’il effleure.  »
            Gala

             » […] Dans le Japon de la fin du XIXe siècle, le jeune Yuko s’essaie, auprès d’un vieux maître, aveugle, à apprendre l’art difficile des haÔkus. C’est beau, merveilleusement court, comme il se doit, et très efficace. […]  »
            Le Magazine littéraire

             » […] Le premier roman de Maxence Fermine, Neige, s’ancre habilement et ouvertement dans l’esthétique du haÔku. […] Maxence Fermine oscille savamment entre la transparence du verbe et l’éclat de l’image, entre l’alchimie complexe du rêve et la pure simplicité de l’art absolu. Il suit son fil immaculé –  » un fil de neige  » – jusqu’à d’insoupçonnables hauteurs et nous emmène avec lui. Plus haut que les mots, au-dessus du réel, là où la neige déborde de couleurs.  »
            O. C., L’Alsace

             » […] Le roman est sobre et d’une mystérieuse limpidité, à l’image de la poésie qui l’inspire.  »
            Le Figaro littéraire

             » Comme un haÔku, court poème japonais, ce premier roman glisse dans les airs, léger, transparent. Son jeune auteur n’est pas avare de mots, il sait simplement trouver les plus justes, les plus forts, les plus chantants. Il marie au silence une ponctuation souple, et cela donne à son histoire d’amour une valeur intemporelle. […] Maxence Fermine, avec ce Neige, nous plonge dans l’irréalité la plus tangible. Un bijou.  »
            Martine Laval, Télérama

             » […] Ce roman, vraiment hors du commun, est à lire de toute urgence pour lutter contre les vagues à l’‚me du printemps […].  »
            Laurent Bonelli, Page des libraires


Angebot teilen

Gehe zu